top of page

Communiqué du Collectif Anti Carrière de Mazaugues

Dernière mise à jour : 6 mars 2023


Extrait de la Conférence de Presse du 3 mars 2023



Le jugement de ce 23 février 2023 est l'aboutissement d'une lutte qui a démarré en

2008 lorsque la SAS Provence Granulats déposa le tout premier dossier pour

exploiter le site.

Dès lors les premiers opposants constitués entre autre d’anciens mineurs et fils de

mineurs des communes alentours apparaissent et dénoncent déjà le risque de

pollution pour la nappe d'eau souterraine qu’ils connaissent si bien. Nous saluons

bien-sûr par ces mots, la Confédération Environnement Méditerranée, l'ancienne

municipalité de Mazaugues et le Club spéléologique méditerranéen qui sont présents

ce matin avec nous.

La lutte s’engage alors devant les tribunaux, mais en 2018 la cour de cassation vient y

mettre un terme et valide l’autorisation préfectorale d’exploitation.

Le Collectif anti carrière de Mazaugues est alors créé, par la volonté d’une douzaine

d’associations locales de défense de l'environnement.

Les premières manifestations apparaissent.

Mais contre toute attente, quelques mois après son élection, la nouvelle municipalité

de Mazaugues délivre le permis de construire au carrier.

La carrière peut commencer à tout moment.

Il faut réagir vite, très vite.

Le Collectif se doit de reprendre la lutte juridique mais nous ne disposons d’aucune

trésorerie. Nous créons alors les cagnottes participatives en ligne.

La suite, nous la connaissons tous, vous avez été des centaines, à travers toute la

France, à y contribuer.



Afin de sensibiliser, de mobiliser et d’accroître la pression sociale, le collectif se structure, défini son plan d'action, crée son réseau de sentinelles de terrain, organise différentes manifestations, sollicite les médias, lance une pétition, alerte l'Europe, organise des conférences, des prospections naturalistes participatives, et plus récemment, des évènementiels avec des concerts et expositions, afin de faire connaître les enjeux biologiques, sanitaires, sécuritaires et démocratiques mis en jeu avec ce projet de carrière. Les menaces posées par la problématique carrière de Mazaugues dépassent alors largement les frontières communales et nous voyons marcher côte à côte lors de nos évènements, des personnes aux horizons parfois opposés.

Anarchistes et élus.

Chasseurs et naturalistes.

Éleveurs et pro loups

Ruraux et citadins.

Gilets jaunes et conservateurs...



En quelques mois seulement; des centaines de donateurs permettent de relancer la lutte juridique via l'une des associations du Collectif: Val d'Issole Environnement, dont nous saluons ici l'engagement sans faille.

En 2021 la lutte juridique reprend. Le Collectif travaille d’arrache-pied avec l'association Nationale de la Biodiversité et les preuves s'accumulent à charge contre l'industriel. Les témoignages proviennent d'horizons divers et reflètent parfaitement la diversité des opposants au projet de carrière (chasseurs, naturalistes etc...)

Suivront des déceptions avec des décisions de rejet, des petites victoires et des dossiers toujours en cours à ce jour.

Et le 23 février 2023, coup de tonnerre: le jugement de la cour d'appel d’Aix en Provence tombe :

Provence Granulats doit stopper immédiatement ses travaux sous peine d'astreinte.

Pour la première fois semble-t-il, un juge s'appuie sur l'effondrement de la biodiversité pour pour reconnaitre le préjudice causé à l'environnement.


Cependant, cette première victoire n'a pas été sans perte pour le site.



Sous le coup simplement des travaux préparatoires au projet de carrière, nous avons perdu plus de 10 ha de forêt, habitat d’intérêt communautaire, d’un haut degré de naturalité, avant que la justice des hommes ne se prononce enfin pour stopper ce projet insensé...avant que la justice des hommes ne dise « Stop, arrêtons tout, il y a ici dans cette forêt du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume, dans ce territoire classé Natura 2000, 85 espèces protégées, rares et/ou menacées d’extinction , et il y a des lois qui les protègent...Stop, mais enfin, que faîtes vous ?»


Ces mots si simples « Stop, mais enfin, que faites vous? », certains les ont crié très tôt. Et aujourd’hui, nous voulons rendre hommage à ceux que nous nommons, les combattants de la 1ère heure, ceux qui, depuis 2008, ont refusé ce projet fou ...presque des éveilleurs de conscience !!! Ils savaient pour la forêt...ils savaient pour les espèces protégées, et ils savaient aussi pour l’eau !


Car sous nos pieds à Mazaugues, ces parcelles de terre rouge, de blocs rocheux, d’arbres tordus par les vents de Provence, abritent la masse d’eau la plus importante du département. Stopper ce projet de carrière, c’est aussi sauver la masse d’eau. Seuls des fous ou des prédateurs avides pouvaient la mettre en péril dans le contexte climatique actuel que nous connaissons tous. Mais en nous levant TOUS contre ce projet, nous affirmons que tout ne s’achète pas...le vivant ne s’achète pas !


Cette longue lutte certains la disaient jouée d'avance . En ce qui nous concerne, ce qui nous a guidé, c’est la certitude profonde, viscérale que cette lutte est légitime et incontournable. Aujourd’hui, nous sommes plus aguerris et surtout, ce jugement rend notre lutte plus légitime que jamais. Décideurs, ecocideurs, vous n'en avez pas fini avec le Collectif anti carrière de Mazaugues ! D'ailleurs, le 22 mars prochain, nous participons à Marseille à la mobilisation régionale Eau secours, pour la préservation de l'eau et de ses chemins. En étant créatifs et tenaces, nous pouvons arracher des victoires!


Aujourd’hui, il s'agit d'une victoire historique et inédite sur le plan judiciaire, dans une affaire où le droit de l'environnement s'opposait aux autorisations administratives. Ce jugement fera jurisprudence à l’heure où partout, des scientifiques nous alertent, à l’heure où des citoyens se lèvent pour dénoncer l’effondrement de la biodiversité. Nous pensons à nos camarades de terrain, à ceux qui sont en résistance sur la Montagne de Lure, à Fonsante, à Ste Soline et ailleurs...Ceux qui crient « Stop, mais enfin, que faites vous ? », ceux qui luttent, chaque jour, ceux qui doutent parfois, mais avant tout, ceux qui ne faiblissent pas !

Il s’agit d’une victoire qui fera date dans l’histoire des luttes environnementales car elle crée un précédent. Oui, nous venons d’arracher une victoire, pour Mazaugues et pour les autres luttes citoyennes !

Un immense merci à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à cette victoire.

Mais nous n’avons pas encore remporté la guerre.



Nous continuons. D’autres procédures juridiques sont en cours. Et ce jugement nous donne une force car nous nous sentons plus légitimes que jamais.

Nous réclamons l’abandon DEFINITIF du projet de carrière, au nom du droit, au nom de la démocratie, au nom du bon sens, au nom de la préservation d’un patrimoine naturel inestimable, au nom du droit des peuples à vivre dans un environnement sain.
Cette victoire est celle du Collectif anti carrière de Mazaugues mais c'est aussi celle de l'union de la société civile face à un industriel. Une victoire qui n'a été rendue possible que par le cumul de toutes les forces vives des acteurs de la lutte. Cette convergence de compétences et de foi viscérale ont permis la justesse de ce jugement.

Merci à vous tous au nom du vivant !


50 vues0 commentaire
bottom of page